l\'indigné

Quand Cahuzac conseillait les labos

 

Qu'est-ce que le néolibéralisme? 

par Judith Barben, docteur ès lettres, Zurich

Dans son essai intitulé «Qu’est-ce que le néolibéralisme?»,1 la politologue Gabriele Michalitsch analyse les bobards que les défenseurs de cette théorie racontent à propos du marché, de l’efficacité et de la concurrence. Pour elle, ce sont des mythes.

En réalité, le «néolibéralisme», c’est la subordination de nouveaux secteurs de la société à la domination du marché. Depuis les années 70, un réseau international de fondations, d’instituts, de centres de recherche, de scientifiques, d’écrivains, d’agents de relations publiques a été créé pour propager la pensée néolibérale.

August von Hayek et Milton Friedmann ont même reçu le prix Nobel pour leurs théories libérales. La «libertad económia» après la chute d’Allende au Chili, la politique de Margaret Thatcher en Angleterre et le programme économique de Reagan aux USA passent pour être des expériences néolibérales «réussies». L’hégémonie mondiale du modèle économique libéral repose essentiellement sur des théories américaines.

Créer un consensus grâce à des poisons pour l’esprit

Selon Michalitsch, le projet néolibéral doit finalement son succès à la «fabrication du consensus» (Chomsky). Mais il s’agit là d’un «consensus sans consentement». Les projets des gouvernants s’imposent au détriment des intérêts des gouvernés. Le pouvoir des médias qui appartiennent eux-mêmes à des empires économiques, joue là un rôle important. On produit des poisons pour l’esprit,2 tel le «there is no alternative» de Thatcher. On serine, on rabâche aux gens qu’ils n’ont pas d’autre solution que d’avaler les couleuvres et les pilules qu’on leur impose

Le mythe de l’économie de marché

Dans un monde dominé par les grands groupes industriels, on propage le mythe de l’économie de marché et de la «concurrence loyale» – sans se soucier de leurs conséquences sociales. Le désengagement de l’Etat au profit d’entreprises de plus en plus importantes est présenté comme une «solution» aux problèmes économiques.

 

L'idéologie néolibérale : "Toute idéologie comprend un moment théorique (elle est un discours cohérent à tendance totalisante), un moment pratique ou pragmatique (elle fonde une axiologie qui rend possible une action efficace d’ordre politique, morale ou éthique au sein du monde social), enfin un moment apologétique (elle justifie la situation sociale, les actions ou les projets politiques d’un groupement social particulier). Sur la base de cette définition, l’article établit que le néolibéralisme satisfait à ces trois conditions et qu’il constitue bien ainsi une idéologie, aujourd’hui non seulement dominante mais même sans doute unique au sein du champ politique"

 
Le 2 mai 2012 Flamby disait (entre autres) : "Moi, président de la République, il y aura un code de déontologie pour les ministres qui ne pourraient pas rentrer dans un conflit d’intérêt." C'est tout démontré.....!!!!
L'Exercice de L'Etat Official Trailer 2011 - YouTube

 
Sanofi, vous connaissez ? C'est un groupe qui fait de l'argent et sur le dos des travailleurs et des travailleuses et sur le dos des malades. Explications. ---- 2012, année du changement ? ---- La crise s'aggrave, s'installe durablement. Mais pas partout : Sanofi continue de faire des bénéfices exorbitants (5,7 milliards d'euros) sur le dos de "ses" 100 000 salarié-e-s (dont 28 000 en France). ---- Malgré cela, le groupe a annoncé fin septembre une "réorganisation" des services de recherche installés sur le territoire français. La direction prétend qu'il n'y aura "que" 900 emplois supprimés, et le PS s'en félicite (comme si les grands discours patriotes et productivistes de Montebourg faisaient peur au patronat !). En réalité, il est plus que probable que ce chiffre n'inclue pas le site de Toulouse, où travaillent plus de 600 personnes, site qui risque la fermeture.

Et les syndicats rappellent que "depuis 2009, la stratégie des dirigeants de San...ofi a conduit à des milliers de suppressions d'emplois dans toutes les activités dans le seul but d'augmenter la rentabilité financière"... Sans compter les sous-traitants et les emplois précaires de Sanofi (CDD, Intérim...).

Bref, derrière ce langage policé, c'est bien des milliers de personnes qui sont laissées sur le carreau pour maintenir les profits des actionnaires !

Car si PSA tient le haut du tableau médiatique, les licenciements du "fleuron de l'automobile français" sont loin d'être des cas isolés. En réalité, on fait face actuellement à une offensive patronale généralisée. Partout en France, et même dans beaucoup d'autres pays dans le monde, des grandes entreprises (PSA, Sanofi, Carrefour, Air France...) licencient à tour de bras alors qu'elles font des profits monstres. Et derrière cela, il y a tous les licenciements qu'on ne voit pas, qui ne passent pas à la télé : ceux des PME sous-traitantes, des précaires (CDD, Intérim), des très petites entreprises qui coulent... A tel point que les instituts de l'Etat en arrivent à prévoir qu'en 2013 ce sont 400 000 emplois qui seront supprimés, soit plus de 1000 emplois par jour qui partent en fumée (non renouvellement de postes ou licenciements) !

Refuser tous les licenciements est un combat nécessaire. Les travailleurs et les travailleuses de Sanofi commencent à le faire. Dans d'autres boîtes aussi, les bagarres et la solidarité de classe s'organisent face au patronat. Nous nous devons de soutenir ces luttes.

On nous fait travailler pour des miettes quand l'économie marche, et on nous jette dès qu'on n'a plus besoin de nous ?! Si nous voulons faire cesser ce cycle infernal de l'exploitation, nous devons travailler à unifier les luttes et à construire un mouvement global de résistance aux attaques patronales et au capitalisme.
 
Merci à Jérome..... :)
 
Merci à Jérome..... :)
 
 
Julien Capdevielle
"À peine croyable : un challenge encourage les agents ERDF du Loiret à réaliser le plus grand nombre de coupures d’électricité. À la clef, pour ceux obtenant les meilleures performances, des lots à gagner. La direction reconnait un dérapage local.

Le document interne, obtenu par la Rep’, relève que la direction départementale fixe un objectif de coupures de courant à atteindre. Le nombre de cinquante coupures à réaliser, au minimum, étant indiqué.

Pour gagner un lot, les agents doivent réaliser les meilleures performances. Le premier prix est un Ipad, remporté si 80% de l’objectif est atteint Julien Capdevielle
"À peine croyable : un challenge encourage les agents ERDF du Loiret à réaliser le plus grand nombre de coupures d’électricité. À la clef, pour ceux obtenant les meilleures performances, des lots à gagner. La direction reconnait un dérapage local.

Le document interne, obtenu par la Rep’, relève que la direction départementale fixe un objectif de coupures de courant à atteindre. Le nombre de cinquante coupures à réaliser, au minimum, étant indiqué.

Pour gagner un lot, les agents doivent réaliser les meilleures performances. Le premier prix est un Ipad, remporté si 80% de l’objectif est atteint Options Pasquier et 14 autres personnes ont partagé un lien.
 
  • À l'occasion de la journée mondiale de l'enfance, nous rappelons qu'en France, 600 000 enfants sont victimes du mal-logement. AGISSONS !
À l'occasion de la journée mondiale de l'enfance, nous rappelons qu'en France, 600 000 enfants sont victimes du mal-logement. AGISSONS !
 
 
une photo de Diplo Tocus.
‎:: L'ALTRUISME TOTAL ;)
Bien que la communauté scientifique ait prouvé que le processus de 'fracking' empoisonne les habitants; TOTAL continue à mettre SES intérêts au dessus de la santé de SES serfs ! http://collectif-scientifique-gaz-de-schiste.com/

TOTAL dont 'notre' Mr Paul est propriétaire se comporte donc comme de sombres obscurantistes, arrivistes ignorants & agissants, de simples tampons pétro-créationistes ;)

... Gaz de Schiste: Total va déposer un recours
http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/gaz-de-schiste-total-va-deposer-un-recours_272504.html#xtor=AL-189

Total(e) impunité est un livre qui traite du pouvoir de la 1ère compagnie française (pétrole, gaz) dont le profit, en 2008, atteignait près de 14$ milliards. Tous ses crimes sont passés au peigne fin par l'auteur, notamment le financement de la junte birmane afin de ne pas se faire déranger par les contestataires (pauvres, bien entendu) durant les phases d'exploitation. Une compagnie, faut-il le rappeler, dont l'actionnaire de référence est un certain Paul Desmarais de Power Corp. Vous savez, celui qui possède un château à Sagard, dans la magnifique région québécoise de Charlevoix ! - Christian Bolduc

Interview avec l'auteur de TOTALe impunité
http://fr.alternativechannel.tv/communication-durable/videos/Alternative-Channel/Interview-l-auteur-TOTALe-impunite/2934/;jsessionid=D91F03E6F341BE77EBEA6E2B517D8832
Afficher la suite

 

a lire aussi : Quand Cahuzac conseillait les labos   , Pink Floyd - Echoes / Live at Pompeii ( full )  -, The Corporation et Les Contis” de Jérôme Palteau - , Food, Inc. "  , " End of Liberty " l'indigné révolté



22/12/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres